Baby-blues

Le baby blues apparaît chez la jeune maman entre le 1er et le 3ème jour suivant l’accouchement et est induit par la chute brutale du taux d’hormones notamment.

Malgré le bonheur et la joie que procure l’arrivée du bébé, cette période post naissance est souvent empreinte de doute et d’anxiété. La maman s’inquiète pour son bébé, doute parfois de ses capacités à prendre soin de lui et les larmes jaillissent aisément. Cette forme de dépression légère est passagère et dure de quelques jours à quelques semaines.

Dépression post-partum

Plus sérieuse que le baby blues, la dépression post-partum peut se manifester dans les 12 premiers mois après l’accouchement.

Elle se manifeste par de l’anxiété, de l’insomnie et des symptômes dépressifs.

Il peut être difficile de cerner les signes avant-coureurs de la dépression post-partum puisqu’ils se confondent souvent au départ avec le baby blues. Il faut surtout porter attention à l’intensité des symptômes et à la durée de ceux-ci.

Des situations ou évènements stressants pendant la grossesse ou après la naissance peuvent aussi augmenter les chances de souffrir d’une dépression post-partum comme :

Si vous pensez souffrir de dépression post-partum, n’hésitez pas à vous adresser à une sage-femme ou à votre médecin qui pourra vous guider auprès d’un thérapeute compétent dans le domaine.

Il est parfois utile d'avoir un outil objectif pour se situer par rapport à son vécu. Pour cela vous pouvez répondre à ce questionnaire.

Suites de couche

Après 9 mois d’attente, bébé est né. C’est un moment intense en émotions, en bonheur, en fatigue aussi. On a un peu l’impression de flotter entre deux mondes…

Après la sortie du placenta, on va surveiller que votre utérus se rétracte bien. Cela se produit par une série de contractions qui vont permettre au fond utérin de redescendre en dessous de l’ombilic. Pour un premier bébé, ces contractions sont presque indolores, vous les percevez surtout lorsque bébé tète, ce qui déclenche la production d’ocytocine, hormone qui agit sur la montée de lait et stimule les contractions. A partir du deuxième bébé, ces contractions sont ressenties plus intensément et peuvent devenir aussi douloureuses que les contractions de l’accouchement. On les appelle tranchées. Ces contractions permettent à l’utérus de comprimer, fermer les vaisseaux qui arrivaient jusqu’au placenta afin d’éviter des pertes de sang trop importantes.

Selon les personnes qui vous accompagnent lors des suites de votre accouchement, un exercice comme la fausse inspiration thoracique peut vous être proposé. Il stimule les contractions en remontant les organes et fait rentrer les hémorroïdes. Peut-être procèdera-t-on à un resserrage de votre bassin également ; Il s’effectue au moyen d’un drap, foulard ou rebozo et permet de refermer le bassin après le passage de bébé. Cette remise en place du bassin induit la sensation d’être enveloppée, recentrée, refermée et permet de sentir ses limites corporelles.

Après l’accouchement et jusqu’à ce qu’il reprenne sa taille normale (10-20jours), votre utérus va éliminer les lochies qui de sang, se transforment progressivement en un liquide plus clair.

Si votre périnée a subi une déchirure ou une épisiotomie lors de la venue au monde de votre enfant, vous pouvez ressentir la crainte de vous rendre à selle à nouveau (surtout si le sphincter anal a été touché). Cependant plus ce moment est reporté et plus le risque d’induire un état de constipation augmente. Il est important de saisir l’occasion de se rendre aux toilettes dès que l’envie se fait sentir…

Rééducation périnéale

Il se peut que vous ayez besoin de consulter un/e physiothérapeute afin de rééduquer votre périnée si vous avez des problèmes de fuites urinaires (notamment) et/ou si les cicatrices inhérentes à une déchirure ou une épisiotomie vous causent des douleurs.

Le/la physiothérapeute va dans un premier temps estimer le manque de tonicité de la musculature du périnée et/ou constater l’état de vos cicatrices douloureuses afin de les traiter.

  1. Remuscler le périnée : On va vous conseiller et vous accompagner dans la pratique de différents exercices simples mais à effectuer de manière régulière. (Le mieux est 2x 5 minutes par jour.) On commence par remuscler le périnée et on termine par les abdominaux. Mais n’ayez crainte, avec un travail régulier, vous constaterez une amélioration rapide qui vous encouragera à persévérer. Au moyen de 2-3 exercices, vous ferez un travail remarquable et retrouverez une musculature tonique ainsi que le confort qui en découle.
  2. Traiter les cicatrices douloureuses : On va vous expliquer et vous faire sentir comment rendre souplesse et élasticité aux tissus dont les cicatrices sont indurées, fibrosées (étirements de ces tissus).

Contraception

La reprise des rapports sexuels est libre à chaque femme, à chaque couple. Il est conseillé de reprendre la sexualité quand la femme se sent prête. Le mieux est d’en discuter en couple.

Lorsque le couple aborde à nouveau la sexualité, il doit impérativement penser à la contraception. Il est important de réintroduire la contraception rapidement pour éviter une nouvelle grossesse trop rapprochée.

5 moyens contraceptifs n’ayant pas d’effet sur l’allaitement sont conseillés :

Dans certaines maternités, une conseillère du planning familial visite les jeunes accouchées pour parler de contraception. Chaque femme sort de la maternité avec un moyen de contraception.

Proposition de visionner Temps Présent : L’amour après bébé

Sympto-thermie

La méthode sympto-thermique, ou contraception naturelle, est une méthode scientifiquement reconnue, élaborée par le Pr Josef Rötzer en Autriche dans les années 60 et dont les nombreuses et récentes études cliniques ont démontré un indice de fiabilité proche de la pilule. A ne pas confondre avec la méthode du calendrier (Ogino) pionnière, mais qui aujourd'hui n'est plus adaptée.

Sympto-thermique signifie ceci : vous interprétez votre hausse de température corporelle (thermique), qui indique la phase de l’ovulation, toujours en relation avec la glaire du col de l’utérus (sympto), témoin de l’activité ovarienne. En prenant votre température et en observant votre glaire, vous êtes à même de distinguer vous-même et de manière précise les jours infertiles des jours fertiles de votre cycle. Un troisième signe, l’autopalpation du col de l’utérus, peut vous dépanner lorsque votre glaire cervicale ne se manifeste pas à la sortie du vagin.

Les avantages de cette méthode : naturelle, gratuite, amène une plus grande connaissance de soi, très efficace lorsqu’elle est maîtrisée.

Les inconvénients : demande un apprentissage et quelques mois de pratique, la courbe de température est très contraignante à réaliser.